Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 21:45

 

 

La minute de Jules


Il est 17H et quelques minutes. Jules a les yeux rivés sur son tout nouveau chronomètre. Il fait le tour des bracelets-montres des invités. Elles affichent toutes 17H12. Le désarroi du Petit Prince s’est emparé de Jules et de sa question horaire. Le Petit Prince reste perplexe. Jules a un air grave. Son appareil rutilant affiche 17H11. Il a perdu sa minute. Quelle est la bonne heure? Le grand à sa gauche ou à sa droite, il ne sait pas trop bien encore, enfin à coté de lui, lui souffle : « Seule l'horloge parlante est fiable ». Une horloge qui parle? Le grand pianote 3699 sur son mobile. Lui collant le combiné sur l'oreille, Jules entend très distinctement : « Au 4ème top, il sera exactement 17H13 minutes ». Son œil se précipite sur son cadran : 17H12. Il lui en manque toujours une. Les sourcils froncés, sa tension le fait dandiner d’un pied sur l’autre. Impossible ici d'arrêter le temps pour se mettre à l'heure. Sur l’hémisphère du Petit Prince, il en est tout autrement, le temps n'est pas compté. Seule la ronde du soleil et de la lune donnent un rythme.


 Jules expérimente le sablier de la vie qui lui échappe chaque matin. Ses chocapiks restent au fond de son bol, son verre de lait à demi plein, ses lacets pas noués et son sac à dos qui s’accroche tant bien que mal à une épaule. « On va être en retard… », la mélodie du matin…


Son chronomètre, comme un collier de perles précieuses autour du cou est son objet d'amour du moment, la seule attraction de sa conscience qui s’éveille. Jules persévère. Il sait déjà qu'il doit s'obstiner pour ne pas se résigner à la fatalité apparente des choses de la vie. Il veut comprendre. Il veut récupérer sa minute. « Etre prisonnier du temps » disent les grands, dont l’écoulement des heures se dérobe  à eux. Jules ne veut rien savoir. Devant lui se déroule le temps dans sa perception infinie. Il a tout son temps et il ne veut pas en perdre une miette, ne pas être à la traîne des adultes. Une minute de Jules équivaut à un moment d’éternité, une longue minute hors champ, intemporelle.


Il pianote sur tous les boutons du chronomètre, les tâtonnements de l'enfance sont à l’œuvre, aux aguets. Et Jules perçoit que tous ces grands ne savent pas plus que lui. Il est seul à vouloir récupérer sa minute, car sans elle le jour est détraqué. Comment vibrer sur la tonalité de cette journée qui se déroule autour de lui, s’il se sent décalé.

Ce bidule autour de son cou qui l'avait tant réjoui, a perdu de sa magie. Va-t-il devoir le dompter cet objet insolite, y renoncer, l’abandonner, se résigner à cette minute disparue mystérieusement ? Apprivoiser un chronomètre est plus qu'un défi, une chimère. Le Petit Prince a hâte de retourner sur sa planète, écrin de ses désirs.


Une minute de moins... Je dois la récupérer avant que la nuit tombe et enfouisse tous mes espoirs initiatiques.


Jules reconnait bien ce manque remplacé chaque jour par un autre. Il tente de l'attraper, l'enfermer pour le capturer, rien à faire. Il poursuit avec pugnacité tout ce qui lui échappe.


Une minute devrait mieux s’attraper qu'un papillon qui s’envole dès qu’on l’approche, quand il s’enfuit à sa guise. Mais la minute est toujours là, insolente, bruyante à toujours vouloir rappeler son absence. Alors celle-là, celle qui le nargue, qui s'est évadée, elle va bien revenir.


Il est confiant. Son père est là, sans se prononcer sur cette minute manquante. Du haut de son mètre dix, il peut entrevoir ses souliers vernis sur le gazon, qui le dépassent, le contournent, l'entourent. Son regard complice lui insuffle : « Si tu cherches, tu vas la retrouver ta minute ». Les yeux de Jules se confondent avec ceux du Petit Prince, toujours là, dans l’ombre. Ils pétillent.


Le temps s'est enroulé sur les herbes folles du jardin. Maintenant il est 17H14 sur le chronomètre de Jules et 17H15 sur les autres cadrans des invités.


Ne pas avoir la bonne-heure est-ce un malheur ou signe du bonheur. Ce trou dans l’enveloppe temporelle dessinerait-il des horizons imprévus ?


Mais quelle est la bonne heure ? Celle de son ordinateur, qui stoïque affiche toujours une heure, incontestable, celle de son père qui ne sait jamais l'heure qu’il est. Sa mère, toujours en retard, la boulangère très en avance sur l’heure de Jules. Jules retient son heure. Il a déjà perdu une minute, il ne laissera pas en échapper une de plus. Il comprend que son Chrono-Maître s'est moqué de lui. Il doit réfléchir.


Tournant les talons, Jules s’isole, allongé dans l’herbe. Le grand le rejoint. Ils cherchent le bonheur sur le parterre des trèfles. Jules a oublié temporairement sa minute. Attentif, il étudie les feuilles, appliqué pour trouver LE quatre feuilles, une autre quadrature du cercle…

 

LN  et des  clins d'oeil de Charlie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daluz 29/06/2011 23:30



Ma chère Poète! C'est fut un vrai plaisir plaisir de partager cette journée et c'est fut un double plaisir de lire ce billet! Jules nous a embarqué dans sa machine du temps, de son temps!Je
me souviens de son regard inquiet et de sa petite voix qui m'a affirmer sans hésitation après ses longues et maintes tentatives à la recherche de cette minute
perdue:


"C'est mieux d'avoir une minute de plus qu'une minute de moins" !


Le temps tisse des liens avec des fils d'amitié je crois en ça... je crois aussi que Jules est très fort, il a rendu cette minute inoubliable pour moi, pour toi, pour lui... la preuve: ton
écrit est là! 


Bravo! 


Intemporellement votre


Daluz



tanamo 30/06/2011 08:00



Oi, Prenons le temps de perdre du temps... A bientôt



l'agnès masquée 25/06/2011 23:28



le temps le temps, le temps et rien d'autre...


qu'est-ce qu'une minute dans la vie d'un Jules...


Découverte musicale fort agréable...



tanamo 26/06/2011 12:47



Dans le temps, au temps d'antan, j'avais tout mon temps. Il est temps de prendre son temps quand il en est encore temps...Aujourdh'ui, beau temps...



frede 25/06/2011 11:37



Temps partagé avec toi, avec Jules, avec tous, il reste de cette minute un souvenir qui se raconte, se partage et s'étend déjà au delà du chronomètre, des jours, des mois. Merci



tanamo 25/06/2011 15:52



moments gourmands pour  nourrir nos appétits d'être ensemble...Kool ce commentaire



Libre necessite 23/06/2011 22:34



Pathétique ce Jules mais moi je n'ai pas perdu mon temps . dan



tanamo 24/06/2011 23:19



Loin de moi l'idée de rendre ce personnage pathétique, inspiré d'une scène vécue. Jules est plus proche du petit d'homme en recherche de sa compréhension du monde et de sa présence infantile et
curieuse qui bouscule les "allant de soi" du monde des Grands. Mais la richesse des commentaires nourrit ma pensée. A bientôt donc pour garder le fil créatif...



Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives