Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 07:43

 

 

Dans la chaleur de sa peau, elle revit. Le désir la submerge. Elle a déjà connu cette sensation mais toujours avec une certaine réserve. Dans le labyrinthe de ses doutes, elle avance tant bien que mal. Personne ne lui a donné les clefs de son existence. Seul son professeur de sociologie, Saül, l’avait saisi de sa recommandation "chercher les clefs de ses contradictions". Cette phrase lui revient, comme un refrain, en boucle, quand elle vogue sur les flots de ses sanglots, quand ses certitudes lézardent ses parois perméables aux vents et marées.


Aujourd’hui elle regarde son père vieilli, touchant, et elle se dit que Freud ne lui a rien appris du mystère de la vie de son père et de la sienne. Elle perçoit la fragilité des choses, de soi, des autres, enroulée à la force, la puissance vitale de l’amour.


Elle ne sait toujours pas marcher sur talons hauts, ni porter une jupe ouverte. A tout le moins, elle assure un décolleté, mais ses baskets restent la garantie de sa confiance, en toute circonstance. Planter et sentir ses pieds bien en contact avec la terre. Liberté, rapidité, confort. Être libellule nécessite une agilité, dans un mouvement constant, qui ne peut s'encombrer de la joliesse des femmes fatales.

 Elle n’est encore qu’une gamine, disent-ils, pas tous. Le restera-t-elle jusqu’à sa disparition. Elle le souhaite autant qu'elle le redoute. Gamine, cela signifie petite, elle qui rêve d'être grande. Parfois, quand elle regarde ses filles, elle en apprend plus d'elles que de sa mère, sur la féminité, toujours à construire, à revendiquer. Elles sont grandes, perchées sur leur talons, dans leur majestueuse affirmation d’être femme. Elle est très fière de ces deux êtres sortis d’elle-même, dont elle se demande quelle part elles ont pris d'elle même.


La vie est ainsi faite, qu'aujourd’hui elle avance sur sa route avec plus de détermination. Elle décide que le temps de son existence à venir sera celui qu’elle se donne, dans la solitude absolue de son existence.

Tanamo est son nom, celui quelle s’est donné.

-Tanamo…
-Je ne suis pas prête.
-Mais il est l’heure…
-Quelle heure ? Point d'heure pour ceux qui voltigent dans la nuit. Les noctambules funambulent dans la torpeur de leurs fantômes…

 LN

souvenir-d-egypte-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by tanamo - dans Nouvelle 3
commenter cet article

commentaires

Déficience Mentale 12/03/2011 15:28



Très beau texte, la fin est touchante. Le mystère de la vie se découvre un beau jour, u beau matin où un éclair de vie vient vous secouer sur l'oreiller. Et puis, c'est tellement mieux de porter
des baskets, c'est être soi, c'est pouvoir courir pour échapper à un environnement oppressant.


Bon week end ! A bientôt :)



tanamo 13/03/2011 21:55



Baskets, converses, pieds nus, au plus près de la terre ...les escarpins au plus près de la sphère des apparences??? a bientôt


 



kranzler 10/03/2011 11:29



Je crois que l'on ne peut pas Etre impudique si on écrit avec sincérité pour évoquer des choses qui nous ont touché, ému ou blessé. Etre impudique, à mon avis, c'est écrire sans Ame et feindre
des émotions. Au bout d'un certain temps, on arrive à savoir qui nous lit. C'est comme un dialogue intermittent, une bienveillance, un fil rouge qui ne s'efface pas.



tanamo 10/03/2011 18:26



Merci pour votre point de vue qui me fait écho. Ecrire est efectivement pour moi mettre des mots sur des ressentis qui tracent le fil rouge de mes chatouillments d'âme.



l'agnès masquée 06/03/2011 21:54



impudique pour qui...l'auteur ou le lecteur...parce que pour le lecteur ce sont des clés de compréhension, enfin des parcelles de compréhension ; )



tanamo 07/03/2011 08:21



si je donne des clés pour ouvrir des portes, ca me va.



l'agnès masquée 06/03/2011 21:22



c'est bien pour ça que je l'ai trouvé touchant ; )



tanamo 06/03/2011 21:52



L'écriture de soi a parfois quelque chose d'impudique...



kranzler 05/03/2011 23:41



"chercher les clefs de ses contradictions" : La discussion pourrait Etre longue, car je ne sais pas si nos contradictions ne sont pas
tout simplement des aberrations que rien ne peut expliquer.  Je crois que j'ai toujours accepté les miennes sans vouloir descendre dans l'introspection, y compris lorsqu'il m'est arrivé de
les trouver empoisonnantes... Est-ce bien, est-ce mal ?



tanamo 06/03/2011 21:05



Chacun fait comme il peut avec ses encombrements intérieurs...



Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives