Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 13:43

affiche-mommy_2a1c7606cdd79c2924bec2d1964d1eaf.jpg

 

Je vous ai déjà parlé de Xavier Dolan, jeune réalisateur canadien de 25 ans,  qui  a déjà réalisé 5 films. J'avais été subjuguée par son film, Tom à la ferme, (cf billet du 14.06.2014) à l'origine de ma rencontre avec ce réalisateur. J'attendais avec impatience la sortie de son dernier film, Mommy, dont j'avais suivi les commentaires et interviews lors de sa présentation à Cannes. Pour parler de ce réalisateur, je fais un détour par une phrase de Wim Wenders qui dans son dernier film "Le sel de la terre" rend hommage à  Sébastiao Salgado, photographe. "S.Salgado aime vraiment les gens, est d'une infinie  générosité ". Pour  Salgado "ce sont les gens,  le sel de la terre".  Sans  comparer les deux hommes, j'ai instantanément pensé à Xavier Dolan,  qui je crois "aime vraiment les gens" et contribue  à nous faire chavirer dans notre humanité, notre altérité.


Mommy raconte une histoire qui peut sembler banale mais qui devient puissante à l’écran. Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Troisième figure, qui loin de perturber l'équilibre de Steve et sa mère,  va apporter à ce couple mère-fils la retenue qui leur manque. Mommy prend alors la forme d'un  trio intime, débordant d'une énergie retrouvée, qui va les renforcer, les soutenir pour faire face à une société en crise. Steve, le fils, apparait comme le symbole excessif d'une génération qui cherche à desserer ces liens pour vivre sa vie, dans une forme de liberté conquise.


Dès les premières images, par le format carré (hommage revendiqué à Elephant, de Gus Van Sant) j'ai été percuté par la proximité avec les personnages, au plus près de leurs émotions, à travers leur regard, le frémissement de leur visage. Ces plans rapprochés m'ont interpellée comme témoin de leurs turbulences, leurs relations complexes, chavirés par leurs mouvements oscillatoires,  entre amour fusionnel et opposition, explosion de violence et rires partagés.

J'ai beaucoup pleuré et ri au fil de ce  drame,  ponctué de séquences drôles, de dialogues bruts, tout autant violents, ironiques que révélateurs de tendresse et d'amour absolus, au delà des tensions, de la peur de chacun face à lui même, confronté à ses propres doutes.

Mommy est avant tout un film sur l'attachement, sur la force et les fragilités des  rencontres,  qui permettent de retrouver une énergie d'espoir.


 Mommy est un choc, par sa capacité à nous parler de la vie comme dans une vérité kaléidoscopique de drame et comédie, de légèreté et gravité, d'une réalité teintée de fantaisie, des moments de sérieux et ceux décalés, de notre vie à tous, qu'elle qu'elle soit.

La performance des acteurs, chacun en parfaite harmonie avec son personnage et ses partenaires de jeu, les couleurs, l'alternance  du format carré au  plein écran, la musique, en font un grand film, une oeuvre puissante, un nuancier d'émotions qui se chevauchent, s'annulent, se fondent.


Mais les mots ne me  suffisent pas à témoigner de tout l'indicible contenu dans ce film, à vous faire sentir la lumière, le clair obscur qui  m'a traversé et dont je garde une empreinte de générosité.

 

Eprouvez ce film ...laissez vous envelopper  par ses variations sensibles.

Bon film.

LN

Partager cet article

Repost 0
Published by tanamo - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives