Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 00:00

croix.jpg

 

Je reviens de l'avant-première du film, Bruegel- le Moulin et la croix, un exercice de style, un objet non identifié du 7ème art. Le film plonge littéralement le spectateur dans le tableau, Le Portement de la Croix, achevé en 1564, chef d'oeuvre de Pieter Bruegel l'Ancien. Il est nommé Bruegel l'Ancien, pour le distinguer de ses deux fils, peintres eux aussi.

 

Le cinéma l'Arlequin a du ouvrir une deuxième salle pour que tous les spectateurs puissent rentrer. Conviée à cette première, j'avais exploré sur le web queqlues éléments sur le tableau, le film et j'étais très impatiente de découvrir  cette curiosité. Je fus étonnée de voir le monde se presser, un Lundi 26 décembre,  pour ce film a-typique. 

L'ambition de ce film, très réussi, est d'inviter le spectateur à prendre place dans le tableau, à en faire le tour, vivre les situations dépeintes, à rendre vivant l'oeuvre de Bruegel, à être témoin des fragments de la vie rurale en Flandres, pendant l'occupation espagnole.


Chaque plan cinématographique est un détail du tableau, qui s'anime. La composition est restituée très fidèlement.  Dès la première image,  je me suis laissée emporter par cette  série de  scènettes de la vie paysanne. Les histoires des villageois s'entrelacent dans de vastes paysages de collines verdoyantes.  Cette douceur bucolique est continuellement entravée par la cruauté des soldats rouges espagnols, qui pourchassent, tuent, torturent. Les  enfants jouent tandis que les soldats mettent à mort un garçon des champs. Bruegel s'appuie sur les symboles de la crucifixion du Christ, pour dénoncer l'inquisition  espagnole, le bafouement du peuple. Il dépeint  la passion du Christ, la procession au mont  Golgotha., figure l'envahisseur qui sème le  chaos, plonge le pays dans l'obscurité, le sang, la mort.

La lumière, les tonalités sont d'une beauté à couper le souffle. Les sons proviennent essentiellement de tâches  quotidiennes: la hache qui scie l'arbre, le corbeau avide, les rires des enfants qui jouent,  le troubadour  jouant de son instrument, le pain que la mère rompt, le moulin qui grince...  

 

Je suis  fascinée par ce moulin, perché sur ce  rocher qui touche le ciel. Le Meunier semble remplacer la figure divine, mise à mort. Gardien du ciel, le meunier rythme le temps, l'arrête, le suspend, réanime le vivant au rythme de la fabrication du pain, source de vie, bénédiction des hommes.  Ce moulin existait-il du temps de Bruegel ou est-ce une métaphore, née de son imaginaire?

 

Si vous aimez la peinture, le cinéma  d'art, celui qui nous invite à renoncer à  nos repères, si vous aimez être surpris, au risque de l'ennui, je vous engage à tenter cette expérience.  Je pense que c'est une aventure cinématographique encore  unique. Les films sur les peintres empruntent généralement les chemins biographiques, historiques ou déplient les  rétrospectives des oeuvres de l'artiste, resituant les auteurs dans leur époque. Là, le réalisateur nous invite à une lecture de ce tableau, à la découverte du foisonnement des détails. 

 

L'ambiance particulière de l'évènement a aiguisé les dialogues entre les spectateurs dans l'attente que la séance commence. Assise à côté d'un cinéphile, nous avons échangé nos critiques sur la filmographie de 2011. Je l'ai convaincu d'aller voir Melancholia, il m'a engagé à voir le dernier Scorsese...

Après le film, le cinéma nous a convié à boire une coupe de champagne, accompagnée de petits fours. Elle est pas belle la vie, un soir, froid de décembre!

 

 

 

 

Je trouve ces images magnifiques

LN

Partager cet article

Repost 0
Published by tanamo - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Quichottine 30/12/2011 12:28


Elles le sont...
Merci pour la découverte, Tanamo. 

tanamo 30/12/2011 13:09



Extra-ordinaire cette toile!!!



Hauteclaire 29/12/2011 00:25


Bonsoir Tanamo,


nous avons eu l'occasion ce soir de parler de ce film, et de fait ces images sont superbes. Ce n'est pas sans me rappeler avec ce même Rutger Hauer, le film de Verhoeven, "la chair et le sang".
Un propos bien différent, mais une peinture très aigue d'une époque sanglante et impitoyable. Je redoute un peu ces films, où l'humain n'est que férocité..


Amitiés à toi

tanamo 29/12/2011 09:05



Merci d'être passée. Vraiment ce film est exceptionnel...parfois cruel, certes. A bientôt



capau100 27/12/2011 23:46


irai je le voir ? je ne sais pas; je viens juste d'aller voir dangerous method l'histoire du Pr Freud du dr jung et de Sabina
Spielrein sa patiente dont il tombe amoureux et qui deviendra la chef de fil des psychanalistes russe des plus iminente un film qui devrait te plare je pense; à la prochaine impression de film .
as tu passé un bon noël? Avec un peu d'avance je te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année, n'oublie pas les amis du temps passé bisous

tanamo 28/12/2011 01:07



Je vais aller le voir Dangerous method je l'ai vu en pièce de théatre avec Barbara Schultz , c'était superbment joué. Pour Bruegel, prendrais tu le risques  de t'ennuyer? Les fêtes c'est
calme cette année...bises



agnes 27/12/2011 22:15


alors ça c'est sûr ça ne passera jamais par chez moi, mais c'est pas plus mal, je n'y serai pas allée, en dépit de la qualité de ton article, tu me donnerais presque envie, mais non : )

tanamo 28/12/2011 01:05



Ah mais un jour viendra ...où la province sera l'avant garde :))



Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives