Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 19:57

 

Hier, plusieurs chemins de pensée m’ont mené au «  désir ».  Dans la presse, j’ai déniché un entrefilet sur le désir, une irruption légère au milieu de l’analyse économique, politique, internationale, nationale, sociale, mondiale, littéraire etc. Comme une trêve dans le tohu-bohu ambiant de l’actualité. La priorité n’est pas de  penser, philosopher, élaborer, alors que des évènements irréversibles secouent la planète. L’urgence est d’analyser, tenter de comprendre l’incompréhensible, de trouver des causes rationnelles à l’inexplicable, rassurer l’humanité sur sa cohérence, ne rien dire du dérèglement de la pensée humaine qui s’est laissée dépasser par ses ambitions démesurées.  Ainsi  je me suis arrêtée sur ce court article, savourant le plaisir de trouver une bulle d’air dans l’atmosphère fiévreuse des dernières semaines de l’actualité. Je  vous propose de laisser de coté,  un instant les catastrophes, pour une élucubration osée autour du désir.

 

kamasutra.jpg

"KAAMA"

LE DÉSIR


« D’origine sanscrite, kaama désigne à la fois le désir et le plaisir des sens. Dans la cosmologie hindoue, Kama, le dieu de l’érotisme, est le fils de Brahma, le géniteur de l’humanité et dieu principal de la trinité qui comprend aussi Vishnou et Shiva. Chez les hindous, le kaama est au cœur de la vie humaine, complément naturel du dharma, le respect de la loi universelle, de l’artha, la réussite matérielle, et du moksha, la libération finale de l’âme. L’hindouisme a ceci de très différent des monothéismes du Levant qu’il fait des plaisirs que procure le corps humain un devoir. Ce fut justement pour guider les hommes dans leur recherche d’une juste poursuite du kaama que Vatsyayana, un étudiant en théologie qui vécut au IVe siècle de notre ère, a écrit ce qui est certainement le plus célèbre texte de la littérature érotique indienne, le Kama-sutra. Si le commun des mortels voit dans le Kama-sutra un simple manuel pornographique, son sens est beaucoup plus profond. Ce texte, qui se présente comme un discours (le mot sutra veut dire “fil” et rappelle l’expression française “le fil d’un discours”), explore les moyens de maximiser le plaisir sans faire de tort ni à soi, ni à l’autre, ni à l’ordre social et au cosmos. »31.03.2011 | Mira Kamdar Courrier international


Et alors que je navigue sur la pensée du désir, le mot  revient dans les paroles de cette psychanalyste qui participe à une table ronde que nous avons organisé pour les étudiants, un débat à l’appui d’un film « Je suis content que ma mère sois vivante » de C.Miller.

Au-delà du thème abordé avec les étudiants sur l’adoption, l’enfance en danger, la séparation, le passage à l’acte, « le  désir » percute ma  caisse de résonnance. 

Chacun cherche comment il peut se situer dans le désir d’être là, sur terre, comment il est inscrit dans le désir de ses parents. Cette question fondamentale, trouve une réponse assurée ou devient une longue quête. C’est ce que montre bien le film de C.Miller.  Qu’est ce que je suis dans ce monde ? Et ce que je suis c’est ce que l’on dit de moi. Le désir de ses parents  soutient le désir d’être soi. 

 

Le désir est bien au cœur de la vie humaine, rejoignant la pensée hindoue. La vitamine des sens, de l’esprit, de l’agir, du lien, de l’échange. Le désir est la structure de nos existences, une fondation plus ou moins solide, à réparer, à consolider, à reconstruire, à entretenir, sans cesse qui se renouvelle, insatiable.  Je ne réduis  pas le désir à une envie, encore moins à une pulsion, plutôt à ce qui est nourri par notre condition « d’être manquant ». Cultiver ses désirs, être à leur écoute, entendre ceux de l’autre, rebondir sur la déception des désirs loupés, en sculpter de nouveaux, rester insatiable et gourmand.

Tanamo vous a présenté un apéro-dînatoire en écume de désir et de rêverie.

 Bonne soirée

LN

 

Partager cet article

Repost 0
Published by tanamo - dans Ecriture
commenter cet article

commentaires

Le Géocroiseur 06/04/2011 22:14



Puisqu'il s'agit ici du Désir,


Je te confie celui d'une Reine :


 


Le lever de la Reine


Laisse-moi fêter ton réveil,
Avec ma langue, sur la merveille
De ton doux sourire vertical,
Aux reflets irisés d'une opale.

Laisse-moi humer le parfum boisé,
De tes rêves les plus osés,
Pour savourer sur ses rivages,
Les humeurs de ton coquillage.

Laisse-moi enfin rompre le sceau,
Pour investir cet autre Lascaux.
Mise à l'index, ta carmine bague
Préfigure ton fourreau sous ma dague...



tanamo 06/04/2011 22:41



La Reine a bien de la chance d'une poésie si désirante à son égard, 


Elle tient en elle un trésor d'amour,


Sous le nénuphar des mots de son prince poète,


elle s'abandonne au creux de son rivage sidéral...


 Je prends tes rimes comme un cadeau nacré



Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives