Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:24

 

 

matisse-2-vert.jpg

Vendredi 12h, une bonne heure pour tenter de voir une exposition dont tout le monde parle... Matisse est revenu!

15 mn de slalom pour acheter nos billets. Le bandeau lumineux annonce 30 mn d'attente, cela paraît  raisonnable. Avez-vous remarqué l'hésitation incessante qui nous envahit dans ces files d'attente . On laisse tomber, on reviendra...30mn c'est pas beaucoup pour cet évènement incontournable. On ne peut pas manquer ça. Oh maintenant qu'on y est, c'est idiot de renoncer si près du but...

Nous voilà donc en ascension: cette montée qui me semble toujours être une première fois, en bas les hommes rapetissent, deviennent fourmis, en haut on se retrouve dans les airs...Aéroplanant!!!!

 

Au cinquième, lieu promis,  les choses se gâtent:  une longue queue, avant même de rentrer dans le hall, puis une double queue, à l'intérieur, autant de queues... je vertige, je renonce . Allons voir Joseph Albers, ses études de couleurs sur carrés de papiers. Personne pour cet artiste. Qui s'intéresserait à des études de couleurs sur cartons et bouts de papier. Pourtant c'est un moment reposant, tenter de traduire les gribouillis sur les dessins, les indications intimes du peintre, comme une percée de ses secrets. Sans oublier ma visite rituelle du tableau de Soulages, à l'entrée du Musée, où ce jour j'y ai vu dans l'interstice de la lumière, une ambiance vénitienne...

 

14h. Nous remontons vers Matisse, et là surprise! La serpentine humaine a disparu. Nous entrons en 5 minutes dans l'exposition.

L'objectif de l'exposition est de présenter le travail préparatoire de quelques oeuvres de Matisse. Ainsi 2 ou 3 tableaux sur le même sujet sont présentés côte à côte. Nous n' avons pas toujours réussi à déterminer avec certitude l'ordre chronologique dans lequel ils ont été peints. Matisse était-il dans la démarche de faire une première oeuvre avec beaucoup de détails pour  ensuite aller à l'essentiel, épurer,  se centrer sur ce qu'il voulait ou commençait-il par un tableau ébauché, simplifié et finissait par une oeuvre plus chargée. Dans la première partie de l'exposition notamment, un tableau de Paris, vu de la Seine, il commence par quelque chose de très impressionniste pour aboutir à la dernière toile beaucoup plus forte, devenu plutôt une ambiance qu'un paysage identifié. 

 

  Matisse préparait, pensait,  concevait ses oeuvres, les construisait avant de les fabriquer. J'ai l'impression que Matisse était très raisonnable, très réfléchi, peu impulsif. Il se situe  dans un travail continu de recherche de techniques, sur la couleur, les valeurs. Pas un seul coup de pinceau au hasard d'un élan gestuel, pas d'élément éruptif,  ni de perte de contrôle. 

 

Ses dessins sont magnifiques, aussi épurés que ces dernières toiles sont chargées. Les femmes dessinées sont d'une grâce, d'une fragilité. Le trait semble être la ligne d'un geste unique, sans lever le crayon.


expo-Matisse-beaubourg-Affiche_0-horz.jpg

Ses dernières toiles, la femme roumaine, les intérieurs sont très colorées. Beaucoup trop de détails, des "chichis" décoratifs qui  l'ont éloigné d'une épuration de ses sujets, dont il parle  en 1933: " On se met en état de création par un travail conscient. Préparer un tableau c'est d'abord nourrir son sentiment par des études qui ont une certaine analogie avec le tableau et c'est alors que le choix des éléments que l'on veut garder peut se faire. Ce sont ces études qui permettent au peintre de laisser aller son inconscient. Une traduction spontanée du sentiment, qui vient non pas d'une chose simple mais d'une chose complexe et qui s'est simplifiée par l'épuraton du sujet et de l'esprit de celui qui la traduit. " Henri Matisse, "Emancipation de la peinture", Minotaure, vol 1, 1933

 

J'ai pensé au film de Henri-Georges Clouzot, Le mystère Picasso, un film documentaire où Picasso peint en direct, sans savoir ce qu'il va peindre. Tout est toujours en mouvement, il transforme sans cesse. Il se laisse porter par sa pensée créatrice, celle de l'instant. Extraordinaire ce film.


On peint qui nous sommes...

Bonne exposition, partageons nos impressions

Joyeuses Pâques

LN

Partager cet article

Repost 0
Published by tanamo - dans Culture
commenter cet article

commentaires

l'agnès masquée 08/04/2012 20:20


j'aime bp Matisse, c'est d'ailleurs une reproduction de sa femme bleue que j'ai fait comme 1ère "oeuvre" à la sculpture en bas relief, mais hélas Matisse c'est aussi parfois pas trés mélodieux à
mes oreilles, bah ouais c'est le nom d'un des services de l'HP ; )

tanamo 09/04/2012 19:10



Je veux voir la sculpture...Matisse chez les zinzins...MDR



libre necessite 08/04/2012 14:41


L'exposition Matisse-Picasso-Cézanne au grand palais m'avait beaucoup déçu, alors que je garde un très bon souvenir du musée matisse de Nice tant par son cadre que par le choix des oeuvres. sans
oublier la chapelle de Vence, derner grand projet de Matisse et son atelier surplombant le marché aux fleurs de Nice. Amicalement Bise Dan  

tanamo 09/04/2012 19:12



Oui peut être les a-t-on trop vu...Bises



Présentation

  • : Chatouillement de l'Âme
  • Chatouillement de l'Âme
  • : Au gré de mes états d'âme j'écris des nouvelles en épisode, des haïkus, des phrasés. J'expose mes tableaux, je vous fais partager mes impression sur les films, les expositions, les livres et j'organise des concours de jeux d'écriture, tout ceci sur fond musical. partage de la musique
  • Contact

Recherche

Archives